Interview photo de François B.

Bonjour François ! Une présentation en quelques mots ?

Je ne suis pas un photographe à plein temps, je gagne ma vie en faisant un autre métier beaucoup moins artistique… J’ai la cinquantaine, j’habite en région parisienne, et la photographie est une passion artistique qui équilibre ma vie entre famille, amis et travail. J’ai fait aussi partie d’un club photo qui m’a beaucoup apporté, à travers le regard des autres photographes sur ce que je fais, et aussi sur le plan technique. J’ai investi progressivement dans du matériel professionnel, et j’ai trouvé mon style par tâtonnements.

Comment avez-vous commencé à vous intéresser à la photo ?

C’est une activité que je pratique depuis l’enfance, d’abord en argentique bien sûr, puis en numérique depuis une dizaine d’année. Au départ c’est mon goût pour la nature, les villes et les paysages qui m’a fait aimer la photo. J’ai aussi développé et tiré (en noir et blanc) dans un laboratoire, ce qui m’a beaucoup fait comprendre les règles de cadrage et d’exposition.. Plus tard, j’ai commencé à photographier mes enfants, comme beaucoup, et pris goût aux portraits. Depuis une dizaine d’année je photographie les « anonymes », surtout des femmes d’ailleurs, un peu comme une longue série de portraits contemporains. C’est passionnant, il y a une richesse intérieure incroyable chez toutes ces personnes que j’ai rencontrées !

Quelles sont vos influences ? Y-a t-il des photographes dont les travaux vous inspirent ou que vous admirez tout simplement ?

J’ai toujours beaucoup aimé les peintures de la Renaissance, puis des 17ème et 18ème siècles, en particulier l’école russe de la fin du 17ème, Borovikovskiy, Rokotov et aussi les peintres de la fin du 19ème comme Flavitsky. J’aime cette recherche de l’âme, des émotions intérieures et cette tendresse du peintre sur ses sujets peints, ça me touche beaucoup. J’ai une admiration totale pour certains photographes. Je citerai Henri Cartier-Bresson, Edouard Bouba, Jean-Loup Sief, Robert Frank. Mais en réalité je n’ai pas une grande culture photographique !

 

Quelle est votre méthode de travail ? Est-ce les rencontres qui donnent l’idée d’une séance, ou au contraire, planifiez-vous avec un résultat en tête et vous cherchez ensuite le modèle correspondant à vos envies ?

Je suis très intuitif, pas du tout directif, je laisse venir à moi les émotions de ceux que je shoote, je ne prends rien, je ne fais que recueillir ce qui m’est donné depuis l’intérieur des personnes que je rencontre. C’est assez risqué, mais c’est pour moi la façon de donner aux photos leur authenticité, leur justesse, leur équilibre. Je ne sais jamais à l’avance ce que le shoot va donner, je marche beaucoup au feeling… Pour recruter les modèles, j’utilise beaucoup le réseau Facebook, un peu comme un grand filet, et je laisse les candidatures venir d’elles même. Je ne shoote pas souvent (une fois par semaine) donc je fais très attention à ce qu’il y ait un réel désir photographique derrière les demandes, je parle beaucoup aux modèles avant la séance, par internet ou au téléphone, en revanche je ne rencontre que très rarement les modèles avant la séance. J’ai plusieurs projets en cours, dont celui qui consiste à venir chez les modèles. C’est celui que je préfère, c’est très stimulant, et aussi très varié. Quelque fois ce sont des chambres de bonne minuscules, avec juste une petite fenêtre, ou des lofts somptueux…

 

Le portrait est votre domaine de prédilection. Qu’est ce qui fait que vous aimez tout particulièrement cet aspect de la photographie ?

Rendre visible l’âme…

Y a-t-il un aspect de la photographie que vous n’avez pas essayé et qui vous attire ?

Il y en a plein! J’aime photographier les grossesses, la danse, le théâtre…. j’adorerais photographier la nature, les paysages, la mer, les sportifs, les villes… malheureusement je n’ai pas le temps pour voyager…

Le mot de la fin ?

J’aime beaucoup cette phrase de John Stuart Mill: « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard. »

 Toutes les photos présentes ici sont la propriété de FrançoisB.

 

No comments